Qui êtes-vous ?

Ma photo

Femme de vigneron, ce n'est pas un véritable statut, pourtant c'est le mien...Je vous raconte ici ma vie, mais aussi mes émotions, mes joies et mes peines, mes colères et mes incompréhensions. Je suis passionnée et impulsive. Je suis aussi une femme amoureuse et  une mère un peu trop mère... J'ai appris à aimer le vin avec Bruno. Je suis curieuse mais pas indiscrète. Bref, ici, vous apprendrez à me connaître, à m'aimer ou à me détester!

jeudi 12 juin 2014

Vivre


Parler du temps qu'il fait... c'est souvent juste une façon de rentrer en contact avec les gens.
ça peut paraître pour un manque de conversation...
Mais non!
Pas toujours!
En ce moment il fait chaud!
Et oui!
Certain vous diront que c'est l'été, que c'est normal.
Oui, oui!
Ne pas supporter que l'on vous parle du temps qu'il fait, c'est peut être juste ne pas supporter que la personne vous parle. Ne pas supporter les gens.
Difficile du lui dire "ta gueule"... Pourtant, quelquefois, ça brûle le bout de la langue!
Mais on reste des gens civilisés.
Pour certains.

Moi, je ne déroge pas à la règle!
"Bonjour!... quelle chaaaaaaaleur!"
Je ne peux pas d'emblée raconter ma vie, mon mal être ou mon bien être, mes douleurs, mes enfants, mes crises et mes bonheurs! Parce que ça... j'ai bien l'impression que les gens s'en foutent encore plus que du temps qu'il fait.
Alors il faut rire au lieu de pleurer, il faut crier au lieu de se taire et la vie paraît plus belle.

Bref...
La grêle est passée pas loin de chez nous.
Elle est déjà passée par ici au mois de mai causant quelques dégâts.
Elle repassera peut être par là...
Ce sont de banales angoisses de vignerons.
Que seul le vigneron peut comprendre.

La vigne est en pleine fleur ici, à Vauxrenard.
ça sent bon.

Téo continue son traitement de chimiothérapie...
C'est difficile mais c'est un petit garçon courageux.
http://uncielbleupourteo.blogspot.fr/2014/06/paix.html

La vie, c'est ça...
La chaleur quand il fait chaud, des gens qui vous écoutent ou pas, des déceptions et des bonheurs, des amours trahis, des amours passionnés, des amours déçus, des amours idéalisés. Et puis c'est aussi des maladies terribles et injustes qui permettent de relativiser tout ça... un peu... Au moins qu'elles servent à quelque chose... ces putains de maladie...

Essayer d'être libre et ne pas être prisonnier de sa vie.