Qui êtes-vous ?

Ma photo

Femme de vigneron, ce n'est pas un véritable statut, pourtant c'est le mien...Je vous raconte ici ma vie, mais aussi mes émotions, mes joies et mes peines, mes colères et mes incompréhensions. Je suis passionnée et impulsive. Je suis aussi une femme amoureuse et  une mère un peu trop mère... J'ai appris à aimer le vin avec Bruno. Je suis curieuse mais pas indiscrète. Bref, ici, vous apprendrez à me connaître, à m'aimer ou à me détester!

jeudi 31 mai 2012

Chut...

Suite à mon billet d'hier, je voulais donner quelques explications... Parce qu'on a pu mal le comprendre...pour ceux qui ne me connaisse pas...ou mal!
Je ne suis pas ingénieur agronome, je suis juste moi et c'est déjà pas mal!!!
Et je ne veux même pas que l'on essaie de me convaincre que la culture bio ait des inconvénients sur le sol et sa composition. ça voudrait juste dire qu'on encouragerait l'utilisation d'herbicide et autres produits miraculeux...
Si l'on a vraiment constaté que les vers de terre étaient moins nombreux dans les sols bio, peut-être est-ce plus grave qu'on ne le pense? Peut-être que les vers de terre sont devenus accrocs aux herbicides et qu'ils se sauveraient...à la recherche de leur dope, dès qu'ils n'en trouveraient plus...!
Vous pensez que ça existe vraiment, vous, des vers de terre complètement toxico??!!!
À partir de ce soir, vous ne les regarderez plus de la même façon, j'en suis sûre!!!

Quoi qu'il en soit, je trouve bien dommage que l'on se pose ce genre de question sur la culture bio... Comme s'il fallait toujours justifier la culture non bio...

La question du labour est aussi une question récurrente: faut-il labourer, comment, pourquoi et quand?
Apparemment, il serait souhaitable de réduire le nombre de travaux du sol et d'intervenir lorsque les conditions d'humidité sont optimales pour assurer un travail de qualité et un tassement réduit...
Opter pour un enherbement composé de légumineuse serait aussi, paraît-il, intéressant...

Ici, à la Molière, on laboure quand on peut le faire, on ne laboure pas quand on ne peut pas, et on laboure un peu quand on peut un peu! Tout ça dans des vignes en pente, contre pente, vieilles ou jeunes!
On n'enherbe pas... on a ce qu'il faut déjà!

Alors, moi, j'admire un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, les vignes qui sont bien labourées! Je trouve ça joli ! Oui, parce que ça compte ça, si c'est joli? non?

Bref, ce soir, j'en ai déjà trop dit... on m'a dit Chut...
Alors... chut!