Qui êtes-vous ?

Ma photo

Femme de vigneron, ce n'est pas un véritable statut, pourtant c'est le mien...Je vous raconte ici ma vie, mais aussi mes émotions, mes joies et mes peines, mes colères et mes incompréhensions. Je suis passionnée et impulsive. Je suis aussi une femme amoureuse et  une mère un peu trop mère... J'ai appris à aimer le vin avec Bruno. Je suis curieuse mais pas indiscrète. Bref, ici, vous apprendrez à me connaître, à m'aimer ou à me détester!

vendredi 26 octobre 2012

VDV#50 sous le signe de la 50 cl

Et voilà qu'on y arrive...
À la fin du mois...
et que c'est le moment des Vendredis du Vin.

Chaque mois, un nouveau président nous soumet un thème et nous... pauvres blogueurs devons disserter sur le sujet!
Ce mois de novembre est présidé par Laurent Baraou qui nous demande gentiment de déguster une bouteille, de n'importe où et de n'importe qui... pourvu que ce soit une 50 cl...!
Parce qu'à 50 ans, si t'as pas dégusté une 50... c'est que t'as raté ta vie!
Moi je trouve ça élégant le format du 50 cl... c'est chic! Mais c'est rare... Et ce qui est rare est chère et ce qui est chère est rare!

D'ailleurs, je vais vous confier un secret... Nous avons vinifié une mini micro cuvée de Sauvignon et nous allons très prochainement la mettre en bouteille... de 50 cl... pour qu'il y en ait plus! parce que c'est tellement bon! et que c'est rare... Ce sera un petit peu chère... mais quand on aime on ne compte pas... ou si peu!
La Molière en Sauvignon (ce sera son nom...) n'est pas encore prête donc il ne sera pas question d'elle pour ces Vendredi du Vin!

Non, il sera question de la cuvée très spéciale de Jean François Chéné: le Pedro Rabernet.
Certes, c'est cher: 50 € le flacon...
Mais c'est bon... très bon même... qu'on dirait pas du vin mais plutôt une gourmandise qu'on déguste juste comme ça...pour le plaisir... accompagné de rien pour en profiter tout simplement!
Évidemment c'est bio... évidemment c'est nature et évidemment JF est un garçon charmant!



Les raisins récoltés à maturité sont étalés sur un lit de paille jusqu’à Noël. Suit un pressurage de 6 jours ; une vinification et un élevage en fût pendant 36 mois.
Ce nectar est à l’image du nom de notre exploitation ; l’onctuosité, des arômes de torréfaction, pruneaux et... cette fin bouche au goût de figues confites !